Régions

Espagne – Rioja –

Après avoir visité la Navarre, me voici en direction de la Rioja.

Depuis le temps que j’en rêvais. La première chose qui me frappe ce sont les paysages. Une alternance entre vallées et collines, étendues vierges et pôles industriels. Le froid a comme figé le tout… peu de monde dans les rues, peu de personnes dans les vignes, je me sens comme ces pèlerins qui traversent la région sur les pas de Saint Jacques de Compostelle.

Je m’établis à Logroño et pars visiter une des plus grosse cave de la région : Campo Viejo.  J’eus l’occasion par le passé, de lire que la Rioja attire toujours plus d’oenotouristes et investit beaucoup à ce sujet. Ici cela se confirme. Un magnifique chai de 70.000 barriques s’offre à moi, qualifiant cette cave comme la plus importante d’Europe. Puis la neige me surprend en plein voyage. Tout d’abord discrète, puis très abondante, donnant un tout autre aspect à cette région qualifiée parfois de désertique. Les espagnols sont enfin dans les rues, emmitouflés, filmant ces gros flocons qu’ils n’ont pas l’habitude de voir. Portée par cette ivresse, je poursuis mon périple et repars à la découverte des domaines qui ont fait la renommée de l’appellation. Beronia, Otañon, Viña Tondoñia… domaines familiaux, poursuivant leur croissance.

Je peux constater deux camps. D’un côté la tradition, de l’autre la modernité, mêlant ainsi vin et art.

Certains font appel à des architectes reconnus comme chez Marques de Riscal ou la Finca de los Arandinos. D’autres valorisent le patrimoine existant, en soulignant la tradition, l’histoire et le patrimoine, comme cela est le cas chez Viña Tondoña. Mais tous oeuvrent dans un but commun : le rayonnement national et international de la Rioja.

Je me sens extrêmement chanceuse de visiter ces superbes établissements en cette période et de surcroit, sous la neige.

Je note aussi que chaque dégustation est accompagnée de petits gressins et parfois de jambon, comme pour mettre en exergue le côté convivial du vin. Ma gourmandise est comblée.

La Rioja a aussi la réputation de produire des vins puissants et élégants. Tempranillo, viura, graciano…non, il ne s’agit pas de noms d’oiseaux, mais bien des cépages locaux. Ici, les vignerons en font des Crianza, Reserva, et Gran Reserva. Leur différence ? Leur temps d’élevage. Pour la Crianza : un an en barrique et 1 an en bouteille. Reserva : 2 ans en barrique et 2 ans en bouteille, et Gran Reserva 2 ans en barrique et 3 ans en bouteille.

D’autre part, je fus surprise de constater que les bodegas de la région sont vraiment concernées par l’accueil d’un public handicapé (ascenseur, signalétique et étiquette en braille) et non par obligation comme cela est le cas en France, mais car ce sont des visiteurs et consommateurs comme les autres. Une œnologue m’a répondu au sujet de ses étiquettes en braille «  une personne aveugle a peut être perdu la vue, mais pas le droit de choisir et de boire du bon vin ».

Les pieds gelés et les papilles comblées, je quitte cette magnifique région en me promettant d’y revenir le plus vite possible, dans un des nombreux hôtels situés dans les vignobles ou pour une vinothérapie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *